Botox : à chacun sa dose!

Bonjour Docteur,

Concernant les injections de Botox, j’ai lu lors de mes nombreuses recherches sur le sujet, qu’un maximum de 20 unités doit être injecté pour la glabelle et un maximum de 24 unités pour les rides du front. Cependant, lors d’une consultation pour la glabelle, on me dit que je dois recevoir 30 unités, je trouve ca exagéré puisque cette ride n’est pratiquement pas visible (en prévention) et pour le front et la glabelle c’est 60 unités.

Ma question est la suivante : Y a-t-il des médecins qui le font pour la patiente et non pour l’argent que ca rapporte ?? Si un patient veut seulement 15 unités de Botox a-t-il la possibilité de le faire et/ou de le demander sans brimer le médecin et son travail ?

Avez-vous des noms à recommander de médecins et/ou clinique qui ne le font pas pour l’argent?

Merci et bonne année 2013 !!

Danielle

Chère Danielle,

Vous soulevez dans votre courriel une question bien délicate, à savoir où se termine l’intégrité professionnelle du médecin consulté pour les injections de Botox et où commence son intérêt monétaire purement mercantile.

Dans un monde idéal, je vous répondrais que le code de déontologie des médecins l’emporte sur toute considération matérielle. Ce code se veut un instrument de travail qui oblige les médecins à respecter certains principes de pratique, où la qualité de la médecine passe avant tout et où le respect du patient et de ses besoins est essentiel et primordial.
Il ne faut pas oublier qu’une clinique médicale, qu’elle soit esthétique ou pas, est aussi une entreprise qui emploie du personnel, doit payer ses fournisseurs et voir à ses dépenses fixes, telles que le loyer, les taxes et l’électricité. Il est donc difficile de faire abstraction de ses obligations bien terre-à-terre. J’ose, par contre, espérer que les médecins qui travaillent dans le domaine de la médecine esthétique ne se laissent pas influencer par les impératifs financiers qu’impose la gestion d’une entreprise privée, et qu’ils savent porter avec sagesse et discernement les deux chapeaux, celui du médecin et celui de l’homme ou de la femme d’affaires.

Je veux maintenant revenir à la question précise que vous posiez sur les quantités de Botox requises pour la correction des rides de la glabelle et du front.

Visage et signes de l`âge

En premier lieu, laissez-moi vous dire qu’il n’y a pas vraiment de minimum ou de maximum dans les doses de Botox pour une région donnée. Les compagnies qui fabriquent les protéines botuliniques (Allergan pour le Botox et Merz pour le Xeomin, maintenant offert sur le marché canadien) font des recommandations de base, qui sont à titre indicatif seulement. C’est au médecin de décider de la dose, en fonction de plusieurs facteurs très variables : l’âge, le sexe, l’intensité de la contraction musculaire causant les rides, la grosseur des muscles impliqués, les variations anatomiques d’un individu à l’autre, la dose minimum nécessaire, les besoins exprimés par le patient et, finalement, les ressources financières du patient. D’où l’importance d’une bonne évaluation médicale et d’un examen physique pour bien déterminer tous ces éléments. Il ne faut jamais oublier que les traitements aux protéines botuliniques sont et doivent rester des actes médicaux qui doivent être effectués par des professionnels de la santé compétents et exercés à l’art délicat des injections.

Après avoir pris en considération tous ces facteurs, le médecin proposera le plan de traitement qui répondra le mieux aux besoins identifiés. À mon avis, c’est un peu réducteur de voir un traitement avec protéine botulinique en fonction d’unités bien précises, qui, au fond, n’ont aucune signification pour le patient. En effet, qui pourrait me dire en quoi consiste vraiment une unité? 10 unités chez une personne donnent parfois plus de résultats que 20 unités chez une autre. Pourquoi? Chez certains patients, une dose de 20 unités dans la glabelle va durer 6 mois et chez d’autres, 3 mois. Pourquoi?
Mon approche se veut un peu plus globale et vis à donner le meilleur rendement possible, en fonction des éléments et des variables identifiés pendant l’évaluation et l’examen. Même si, dans me tête, je suis obligé de calculer le nombre d’unités nécessaires à l’obtention des résultats que je souhaite, en réalité, je propose à mes patients une expérience globale qui transcende la simple injection d’un nombre défini d’unités de protéine botulinique. J’effectue un traitement dont le résultat sera naturel, qui leur procurera un air rajeuni et détendu, sans que personne dans leur entourage se doute de rien. Ce seront parfois 20 unités qui feront l’affaire ou parfois 70 ou même 100, mais, chaque fois, ce sera en fonction de l’équilibre entre les facteurs purement anatomiques et physiologiques incontournables et les exigences et besoins personnels exprimés au moment de la consultation.
Il n’y a donc pas de formules magiques ou de calculs mathématiques savants, il n’y a que le savoir-faire et l’expérience du médecin!

J’espère, chère Danielle, avoir répondu à vos interrogations et je vous invite à communiquer avec moi pour tout autre commentaire ou question.

Cordialement,

Yves Hébert, MD

This entry was posted in Médecine Eshétique and tagged , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>